labeaume-logo logo-village-de-caractere

Contact mairie

Mairie - 07120 Labeaume
Tel : 04 75 39 64 23
mail

Horaires :

Lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi

9h - 11h30

Fermé le jeudi

Géologie

> Curiosités > Hydrogéologie

Géologie de la commune de Labeaume

geologie-labeaume2La commune de Labeaume comprise entre deux affluents de la rive droite de l’Ardèche, la Ligne et la Baume s’inscrit entièrement sur les formations marines du Jurassique supérieur, de marnes calloviennes aux calcaires tithoniques. Le plateau calcaire des Gras s’achèvent à l’ouest par une cuesta classique dominant d’une centaine de mètres la plaine de Rosières ou dépression callovienne sous laquelle s’ennoient le grès du Trias de la bordure Cévenole. Il s’agit d’un ensemble géologique non plissé correspondant à la transgression marine Jurassique dont les dépôts se sont échelonnés sur une période comprise entre 170 et 130 millions d’années. Le cumul de la sédimentation atteint 200 mètres environ. L’envahissement de la mer à la fin du Jurassique moyen est dû à un effondrement de la basse Ardèche sédimentaire par rapport à l’Ardèche cristalline ou à sa bordure détritique. La sédimentation marine d’origine organique, stratiphiée a débuté par un important dépôt de marnes puis continué par des alternances de calcaires grumeleux et de bancs de calcaires blancs très homogènes à pâte fine, plus ou moins épais et peu fossilifères.

L’orogénèse alpine et Pyrénéenne, à la fin du tertiaire a basculé en direction du Sud-est l’ensemble des formations lithologiques mouvement qui a relevé à l’ouest le plateau et la cuesta des Gras. geologie-labeaume1
Des failles de fond de mer résultant de mouvements tectoniques se sont produites au cours des dépôts au Jurassique supérieur et affectent l’ensemble de la couverture sédimentaire. La sédimentation carbonatée fut continue sur une période de 40 millions d’années, dans une mer chaude, peu profonde sous un climat tropical très sec facilitant les précipitations de boues et la prolifération d’organismes marins dont les carapaces formées de carbonate de chaux (calcite) recristallisé et accumulées constituent la nature même des calcaires.
Les faciès ou cordons grumeleux très nombreux à l’exfordien et au kimméridgien témoignent de la présence de hauts fonds ou seuils cévenols qui donnèrent naissance sur les pentes à des courants sous-marins et à une bioérosion génératrice de l’aspect grumeleux de nombreux faciès.

Les joints de stratification stylolithiques délimitant les assises correspondent à périodes de non dépôt (joints contenant des dépôts postérieurs de dissolution). L’absence totale de grains sableux, silice, d’argile rouge continentales à l’intérieur des dépôts jurassiques marque une absence totale d’activité pluviatile alors que la cuesta des gras se situait à moins d’un kilomètre de la bordure cévenole gréseuse particulièrement sensible à l’érosion. Il faut dont en déduire un climat particulièrement sec pendant toute la période du jurassique supérieur.

carriere-labeaumeLa série s’achève au kimméridgien terminal, sur une épaisseur de vingt à vingt cinq mètres par des calcaires blancs à morphologie karstique, très diaclasés ; ce phénomène est dû à l’action ultérieure des eaux de surface plus ou moins chargées en gaz carbonique sur des calcaires non protégés par une couverture argileuse ou limoneuse. Les bans épais de calcaire blancs peu fossilifères contiennent jusqu'à 95 % de calcite et constituent une pierre à chaux excellente fournissant par calcination à 600-800 degrés de la chaux grasse. Les calcaires marneux peuvent contenir de 10 à 35% d’argiles et les marnes jusqu'à 40%. Les carrières de Ruoms exploitèrent de l’autre côté de l’Ardèche sur une épaisseur de 32 m les bancs de la partie supérieure du tithoniques.
Les carrières actuelles à Labeaume se situent à la base des calcaires tithoniques. L’on rencontre parfois des graviers calcaires ou brèches de pente cimentées ou de croûtes, des alluvions qui résultent d’une concentration par le gel d’éléments détritiques au cours des périodes glacières du quaternaire.
Des altérations de calcaires marneux offrent localement en surface à Chapias des argiles plastiques blanches ou grises qui furent utilisées par les potiers Gallo-Romains pour la fabrication d’amphores à huile qui se répandirent dans la dépression callovienne.

DESSIN COUPE GEOLOGIQUE DE JEAN ROURE

coupe-geologie-labeaume

 

Jean Roure

Bulletin Municipal de Labeaume, " Le Labeaumois ", Juillet 1998, N°8