labeaume-logo logo-village-de-caractere

Contact mairie

Mairie - 07120 Labeaume
Tel : 04 75 39 64 23
mail

Horaires :

Lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi

9h - 11h30

Fermé le jeudi

La vigne et le vin

> Curiosités > Botanique

Présentation d'une activité méconnue :
La vigne et le vin d'ici, le vigneron d'hier et d'aujourd'hui

Le Club des Aînés de Labeaume a présenté lors de sa fête annuelle, le 13 juillet sur le Sablas, une exposition très fréquentée, dont on retrouvera ci-après quelques éléments.

Vigne et vin d'ici

vigne

La mémoire collective se souvient avec émotion, du ver à soie et de l’olivier comme richesses essentielles de Labeaume, constituant, avec la châtaigne sur la montagne, les bases fondamentales de l’agriculture ardéchoise. Mais le vignoble se voit souvent méconnu.

Or celui-ci, implanté depuis deux mille ans sur le territoire vivarois, en a constitué le revenu primordial la plupart du temps. Il s’est trouvé à la base d’une économie d’échanges vitaux.

L’on a certes multiplié considérablement les mûriers dans la première partie du siècle dernier afin d’éduquer les vers à soie, mais cette culture d’appoint déclina et chuta en Ardèche bien avant la Première Guerre Mondiale.

Quand à l’olivier, planté pour assurer la production d’une consommation familiale et certains débouchés, il n’a jamais sérieusement concurrencé les revenus tirés du vignoble. A Labeaume subsistent aujourd’hui de façon notable, un élevage relativement modeste, mais encore et toujours la viticulture. Elle peut compter ici sur quelques producteurs alors que l’Ardèche perd 35 exploitations agricoles par mois, plus d’une par jour.

2 000, l’odyssée de l’espace vivarois

La vigne est-elle d’origine locale ou a-t-on dû l’importer ? Une espèce sauvage connue sous le nom de Lambrusque existait sur certaines pentes des montagnes de la région aux époques préhistoriques. Mais la viticulture n’apparaît qu’avec la taille de la vigne. Elle serait née en Orient, comme la culture, l’élevage et la civilisation humaine, voici de 7 à 12 000 ans, dans le Caucase méridionale, terre des Géorgiens et des Arméniens ?

Les Grecs initiateurs de la viticulture en Europe méditerranéenne, l’introduisent lors de la fondation de Massilia (Marseille), 600 ans avant notre ère, dans une Gaule qui connaît déjà le vin étrusque.

Elle s’implante bientôt en Helvie, base de ce qui deviendra le Vivarais. Le personnage le plus important d’Alba, capitale de l’Helvie au temps de l’empire romain, dont le nom soit parvenu jusqu'à nous, est un marchand de vin, Minthatius Vitalis, établi à Lyon et sénateur de la capitale helvienne. Au palais St Pierre, à Lyon, un monument témoigne des honneurs rendus à Vitalis. Il s’agit d’un de ces négociants gaulois qui, avec les Allobroges vivant au nord est, de l’autre côté du Rhône, supplantent déjà leurs rivaux romains en créant de nouvelles espèces de cépages et inventant le tonneau de bois pour y loger le vin.

Au Moyen-Age, de nombreux vignobles se développent sur les pentes de la région. « Le vin, c’est de l’or » affirmait-on au 13ème siècle.. Les dignitaires de l’église encouragent la plantation de ceps. Afin de disposer de vin sur place pour la célébration du culte, aussi pour accueillir dignement les hauts personnages en voyage, mais encore pour alimenter le trésor épiscopal, par la vente de vin et la perception sur les paysans d’une dîme plus lourde que sur les céréales. Les châteaux vont dans le même sens, exigent une redevance sur l’usage des pressoirs et se réservent le privilège de vente exclusive pendant une période.

Du bon vin apprécié

On trouve trace, dès le 17ème siècle, d’appréciations flatteuses sur le vin d’ici. En témoigne le célèbre agronome Oliviers de Serres, créateur du Domaine du Pradel à Villeneuve -de-Berg, qui vante les mérites des « excellents vins blancs, ceux de Joyeuse, de l’Argentière et de Mont-Réal », localité proche de notre commune.

Le manuel scolaire « Géographie de l’Ardèche », publié en 1877, signale aussi pour la table, parmi les bons vins ceux de Labeaume.

En 1896, le vicomte de Montravel décrit dans une monographie « Labeaume-sous-Sampzon », les « failles, remplies d’excellente terre, dans lesquelles la vigne prospérait sans engrais, mûrissant ses fruits à la réverbération des roches brûlants tandis que ses racines étaient au frais sous les rochers. Le vin était très renommé, on l’exportait dans les hautes montagnes où il achevait de se bonifier ».

De fait, pendant des siècles, jusqu'à l’extension du réseau, ferré, la partie méridionale du Vivarais exportait son vin en direction du Gévaudan, du Velay et jusqu'en Auvergne. Des caravanes de Mulets (un seul portait la charge de 168 litres contenue dans des outres de peaux) traversaient la montagne rapportant en échange céréales, pois, lentilles fromages, viande salée. Les cinq routes muletières ne se trouvaient pas très éloignées de Labeaume.

Objectif : cépage de qualité

vigne2L’activité viticole connaît une expansion dès la fin du 18ème siècle, ici comme dans toute l’Ardèche dons la superficie du vignoble tripe presque de 1789 à 1812 et va quasiment doubler entre 1816 et 1864. On cultive sur le plateau et les pentes. Puis dans les plaines alluviales destinées jusqu’alors aux céréales, après la crise du phylloxéra qui attaque le canton de Vallon dès 1869 et va détruire les deux tiers du vignoble ardéchois avant de gagner graduellement l’ensemble du pays.

Début 19 ème siècle : la vigne domine, un relevé cadastral de Labeaume a été certifié par un expert, à Largentière, le 28 avril 1810, sous le règne de Napoléon 1er. On utilise alors l’arpent métrique qui équivaut à un hectare et la perche à l’are. Si l’on calcule la surface des terres cultivées, les vignes en représentent alors 56 % et 71 % de leur revenu imposable. Ces chiffres seront confirmés, en 1822, par une expertise définitive du cadastre.

vignerons_ardechoisLe recours aux cépages hybrides, moins sensibles aux maladies, va fournir des productions abondantes mais de qualités discutables. En 1932, la vendange récoltée titrait 6°, 6 à la Cave coopérative intercommunale de Ruoms où livraient les viticulteurs de Labeaume.

La bataille de la qualité va être menée. Elle exige d’arracher en quantité et de replanter le vignoble avec des cépages sélectionnés de qualité, de moderniser profondément en tous domaines. Elle va trouver notamment un ardent partisan en la personne d’un viticulteur d’ici, Roger Champetier, élu directeur de la Cave coopérative intercommunale de Ruoms dès 1937, puis à nouveau après guerre. Il jouera un rôle moteur dans la mise sur pied, en 1967, de l’union des Caves coopératives viticoles de l’Ardèche, devenue aujourd’hui UVICA.

Cette union, un des quatre principaux diffuseurs de vin de pays de cépage pur, regroupe 3 500 viticulteurs. Premier producteur de vins d’Ardèche (80% des volumes, plus d’un million de bouteilles par mois, il en exporte 8 millions, soit 45% de sa production). Son objectif maintenant fixé est d’atteindre annuellement 25 à 30 millions de bouteilles. Alors que l’on va fêter le cinquantième anniversaire de la fondation de la Cave coopérative intercommunale de Ruoms 8 viticulteurs et 4 producteurs non déclarés viticulteurs de Labeaume réalisent un total de plus de 2 000 hectolitres par an, plus du double qu’avant-guerre... et d’une toute autre qualité.

Georges Beaulieu

Le Labeaumois bulletin municipal, n°8, juillet 1998


Une activité mal connue : la vigne à Labeaume

Le point sur la viticulture labeaumoise

vigne3Labeaume était jadis une commune viticole importante, en 1865 étaient recensés une liste de vingt - huit cépages cultivés en Ardèche. La vigne a pleinement contribué à apporter l’aisance, permettant la création de ces belles bâtisses que sont nos habitations rurales. En visitant leurs celliers, vous découvrirez ce témoignage d’un long passé de vigneron.

La vigne fut une source importante de revenu jusqu'à l’apparition du phylloxera (minuscule puceron s’attaquant aux racines de la vigne) qui détruisit la totalité de la vigne à Labeaume en 1873. Le vignoble réapparut, planté sur des parcelles plus vastes et alla même jusqu'à occuper des terres situées en plaine. Les plants étaient soit des reproducteurs directs soit des hybrides greffés destinés surtout à la consommation familiale. Après plusieurs années d’efforts pour mettre au point un greffage de plan américain, la production repartit, mais elle n’atteindra jamais l’importance d’antan. Les prouesses techniques des uns et des autres évitèrent l’anéantissement de la vigne complantée depuis les temps immémoriaux sur notre territoire. Puis une nouvelle crise apparut, au début du XXème siècle, liée à la surproduction. Enfin les viticulteurs profitèrent activement du mouvement coopératif qui multiplia les caves coopératives, déchargeant les agriculteurs des opérations de vérification non sans une dégradation de la qualité, car les caves poussèrent à une production élevée de vins quelconques. Vers les années 30 apparut les plants à numéro issue de plants d’hybrides, facilitant à nouveau une surproduction .Cette évolution continuera jusqu'à nos jours.

Aujourd’hui Labeaume possède plusieurs exploitants (Agriculteurs) qui ont une activité parallèle, un seul vivant exclusivement de cela. Leur siège social est à Labeaume, mais la quasi totalité de leur vignoble se situe hors de la commune. Car l’on trouve peu de terre cultivable selon le concept d’aujourd’hui, seul se prête à ces méthodes principales 3 quartiers Chapias, Vigne vieille, Peyroche. On trouve une surface de vignoble de 28 ha pour 10 déclarants domiciliés à Labeaume. Viennent se rapporter plusieurs autres non domiciliés à Labeaume mais possédant une vigne et déclarant sur leur commune d’habitation.

Différents lieux comme nous l’avons vu plus haut se prêtent à la culture de la vigne. Ils sont surtout concentrés :

  • CHAPIAS (plateau karstique)

vigne4Terres calcaires, entreposées (les dolines)

Terres peu mécanisables du fait de leur accès et de leur petite surface mais qui conviennent très bien aux cépages syrah, grenache et merlot

  • LIGNE Terres franches profondes (gravette)

Terres éloignées du siège de leur exploitation mais qui offrent un excellent terroir propice aux plupart des cépages (grenache syrah cabernet merlot

  • PEYROCHE Reste le plus gros vignoble de la commune du fait de sa proximité et de sa commodité aux différents travaux. On y trouve différentes terres, de la marne jusqu’aux alluvions légers. Terroir adapté à la plupart des cépages.

Calendrier du vigneron mois après mois :

  • Janvier : taille
  • Février : taille + engrais
  • Mars : taille + désherbage
  • Avril : Broyage bois de taille + attachage jeunes et vieilles vignes. Suivant l’année début des traitements qui se répéteront tous les 15 jours jusqu’au vendanges pour lutter contre Mildiou oïdium excoviose et Black-Rot
  • Mai : palissage jeunes vignes + début d’épamprage
  • Juin : Palissage des vignes (relevage). Ecrimage ou Rognage à renouveler 3 fois jusqu’au vendanges.
  • Juillet : désherbage des mauvaises herbes par tâches. Suite traitements + rognage
  • Août : Dernier traitement. Préparation des vendanges
  • Septembre : Vendange
  • Octobre : Remise en état du palissage entretien matériel
  • Novembre : Préparation des terrains pour futures plantations. Début de la taille

La vigne aujourd’hui

vin-batimentDe nos jours un important renouveau s’est amorcé sur le vignoble de nos régions. Les viticulteurs labeaumois sont fiers d’adhérer au groupement (UVICA) sachant que l’idée de se réunir est partie de Labeaume. UVICA a eu des débuts difficiles pour arriver aujourd’hui à embouteiller 80% des vins de l’Ardèche Méridionale ( 16 M de col)

La création d’UVICA à permis aux viticulteurs du sud Ardèche de vendre en commun, et de développer la vente directe sans le besoin du négoce. Dès le début le souci de la qualité est ressortie d’où la reconversion du vignoble en cépages noble.

Grâce à la création d’UVICA et à sa politique de reconversion du vignoble aujourd’hui Labeaume possède un petit vignoble qui propose les vins de l’Ardèche méridionale.

 

Jean-Francois Maigron

Le Labeaumois bulletin municipal, n°8, juillet 1998